Image
Image
Abel, Josef, Portrait de Maria Theresia Josepha von Fries avec ses enfants les plus âgés, 1811, Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum
La collection pédagogique de l’Institut d’Histoire de l’art de l’Université de Strasbourg est constituée, entre autres, d’environ 25 000 plaques de projection, acquises à partir du tournant des 19e et 20e siècles grâce à un budget important, les autorités allemandes voulant faire de Strasbourg une université de pointe grâce à l’utilisation de nouvelles technologies. Cette collection est aujourd’hui l’une des plus riches parmi celles des universités françaises.

La collection pédagogique de l’Institut d’Histoire de l’art de l’Université de Strasbourg est constituée, entre autres, d’environ 25 000 plaques de projection, acquises à partir du tournant des 19e et 20e siècles grâce à un budget important, les autorités allemandes voulant faire de Strasbourg une université de pointe grâce à l’utilisation de nouvelles technologies. Cette collection est aujourd’hui l’une des plus riches parmi celles des universités françaises.

 

Acquises entre 1890 et 1940, ancêtres des diapositives, ces plaques étaient utilisées par les enseignants dès 1902-1903 pour projeter en cours les images des œuvres qu’ils évoquaient. Photographies sous forme de projection lumineuse grand format, elles permettaient l’accès simultané à leurs contenus pour tous les étudiants. Elles sont donc tout à la fois intéressantes pour l’histoire de l’Université de Strasbourg et instructives pour l’histoire de l’enseignement.

L’objectif de leur numérisation est de faire sortir de l’ombre ce fonds exceptionnel et d’initier des actions similaires dans d’autres universités. Il est aussi de permettre à l’Université de Strasbourg de se réapproprier son histoire et de promouvoir son caractère pionnier dans l’utilisation d’outils pédagogiques innovants.

Ce projet a abouti à une exposition en 2015 et à un colloque international en 2016. L’intérêt suscité par ce colloque et la qualité des interventions ont montré la nouveauté du sujet et la volonté de travailler en réseau à la préservation, à l’étude et à la valorisation de ce matériel pédagogique qui permettra d’écrire, à terme, une histoire de l’enseignement de l’Histoire de l’art. Plusieurs publications sont prévues à destination des scientifiques mais également d’un public plus large. En parallèle, la numérisation et la mise en ligne de ces documents constituent un outil performant pour la diffusion, l’étude et la visibilité de la collection.